Un institut mental pour toutes genre de personnes souffrant de problèmes psychiques. NC-16 ans.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matveï Feuerwald



Messages : 21
Date d'inscription : 09/05/2015
Localisation : Dans un cauchemar

MessageSujet: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Jeu 14 Mai - 20:07


 
   

     


Je suis simplement là pour faire des maths.




     
   
Ce matin là, le réveil fut des plus difficiles, il n'avait pas bien dormi, il n'aimait pas que les autres le dévisagent quand il se déplaçait et surtout, il n'avait pas pu avoir une vraie conversation avec Klaus depuis qu'il était arrivé. Ca avait le don de le mettre dans une humeur totalement exécrable.

[Relativise Matty, tu n'as plus ton père sur le dos.]

Pour ça, il avait bien raison, c'était un début de liberté, un début étrange certes mais début quand même. S'il réussissait à cacher Klaus, il n'aurait aucun problème ici.
Il se leva rapidement, le froid du sol touchant la plante de ses pieds nus le fit frissonner et après une toilette rapide, il enfila un t-shirt simple cachant les boursouflures de son dos et un jean plutôt serré. Une fois prêt, frais et dispo, il se rendit dans une salle de travail, une salle de mathématiques. Evidemment.

[Tu ne vas pas gâcher ton talent pour ces abrutis.]

C'était sûr, il ne gâcherait son talent pour personne, il valait tellement mieux qu'eux. Tellement mieux que cette institution !

Il n'était pas fou, Klaus n'était pas un problème et il ne comprenait pas l'envie qu'avaient les autres à vouloir le faire partir, alors il le cachait. Il faisait son possible pour que personne ne comprenne qu'il était là, avec lui, à le soutenir en toutes circonstances et à lui montrer qui il devait croire ou non. Parce que l'avis de Klaus était bien plus fiable que le sien : preuve avec son passé et la confiance qu'il avait mis en cette mère qui l'avait laissé dans cet endroit pour... personnes ayant un problème très net de comportement.

Il arriva dans la salle et s'installa dans un coin, le plus loin possible des autres, de ces gens qui pourraient lui vouloir du mal. Il sortit ses bouquins et s’attela à son projet personnel, un projet qui le rendrait célèbre et qui convaincrait son père qu'il n'était pas l'Abomination, mais le Génie.
                     
               
           
         
     
   



Dernière édition par Matveï Feuerwald le Sam 16 Mai - 19:42, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline Patry



Messages : 35
Date d'inscription : 13/01/2015
Localisation : Par-ci par-là

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Jeu 14 Mai - 22:16


J'avais pris un léger petit déjeuner dans ma chambre comme à mon habitude. Cela faisait quelques semaines que j'avais commencé à retourner à l'"école". Malgré mes...Problèmes, je ne devais pas négliger mon éducation surtout que je n'avais pas pu étudier depuis pas mal de temps.
Je traînais dans les couloirs en direction de la salle de maths comme me l’indiquait mon emploi du temps que j'avais fait selon les cours que je voulais suivre ou non. Ayant rapidement cherché Amelys pour qu'elle me serve d'interprète mais ne la trouvant pas, j’avançai rapidement vers la classe.

Il n'y avait pas grand monde et tous s'étaient installés sur le devant de la pièce. Un jeune homme se trouvait seul dans le fond comme s'il voulait éviter le contact humain, une personne que je voulais forcement aider même s'il refuserait probablement mon aide.
M'approchant doucement, je m'installai sur la chaise à côté de la sienne sans demander une quelconque autorisation. Agitant rapidement les mains, je lui demandais qui il était, ne l'ayant jamais dans l'institution auparavant. Les secondes passaient et je lui souriais, il n'avait visiblement pas compris. Amelys m'aurait été très utile pour traduire mes paroles mais elle n'était toujours pas arrivée ce qui m'ennuyais beaucoup.
La gène se lisait sur mon visage, un silence gênant s'installa. J'étais si bête de penser que mon handicap ne posait pas de problème dans la communication. Mais je me trompais, comme toujours, j'avais été si niaise, j'étais et serai à jamais dépendante des autres.

_________________
La Mort vient sans crier gare, en un battement de cœur, et elle ne fait pas la difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelys Sovari



Messages : 30
Date d'inscription : 10/01/2015
Localisation : Loin.

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Ven 15 Mai - 0:01

[hrp: Mon post original s'étant malheureusement supprimé, je vais réécrire vite fait ici seulement le passage ''intéressant'', et si je réussi à récupérer mon post, j'éditerai. Là j'ai juste envie de mourir, donc vous m'excuserez ce post bâclé et fait avec amour(j'ai envie de pleurer, sérieusement ToT)

EDIT: C'est bon, je l'ai, j'édite quelques trucs mais je mets pas tout ce qu'il y avait à l'origine parce que ce que j'ai posté hier diffère trop de l'original ]






Cet endroit ne cessait de la surprendre.

Amelys s'était attendue à rester seule, comme toujours, et à devoir passer son temps à provoquer tout le monde pour tuer son ennui, mais... Non. Non, les gens d'ici étaient plutôt... Surprenants? Oui, c'est le mot. Cette institution réunissait des personnes dites ''folles'', donc exclues de la société, enfin, des personnes différentes de ce qu'elle avait l'habitude de voir. Et c'était très bien, un peu de changement. Elle pouvait découvrir de nouvelles manière de se faire détester, ou mieux, rencontrer des personnes insensibles à son légendaire talent de chieuse.
Ca, c'est surprenant, non?
Voir quelqu'un qui réagissait autrement rendait Amelys de bonne humeur. Elle était curieuse, bien sûr: Pourquoi cette personne ne s'énervait-elle pas? C'en était presque rageant, de ne pas savoir. Pourquoi s'efforcer d'être gentille alors que la personne en face ne le mérite pas? Était-ce en lien avec son passé? Son ''problème''?
Ah.
C'est parce qu'elle rousse! Forcément!
Laureline l'intriguait. Franchement, Amelys mourrait d'envie de la voir s'énerver. Elle était persuadée que cela la divertirait un certain temps ~ ♪

L'ennui, l'éternel ennemi d'Amelys...
Ou du moins, c'est ce dont elle essayait de se persuader. Elle justifiait tous ses actes de cette manière: ''Je fais ce que veux, simplement parce que je ne veux pas m'ennuyer, ni rien regretter de ma vie''.
Ce qui était entièrement faux, en réalité. C'était un énorme mensonge. La vraie raison... Demeurait secrète. Amelys n'avouerait sans doute jamais la vérité. Enfin bref.
Son ''ennui'' l'avait conduit à errer dans le couloir, à la recherche d'une éventuelle source de distraction: d'un élève, ou d'un membre du personnel, donc. Mais, malheureusement pour la jeune fille, le long couloir était désert. Elle continuait donc son chemin, en allant là où ses pas là menaient, pour finalement arriver devant une salle de classe entrouverte. Ame' jeta un coup d’œil rapide à l'intérieur:
Bingo.
Une touffe rousse et une touffe blanche.
Laureline et Will? Ah. Non. Pas Will. C'était qui, celui-là?

Elle poussa la porte, poussée par la curiosité. Elle se posa devant la table où étaient assis Laureline et l'inconnu, et l'observa ainsi de plus près.
Ça se confirmait, elle ne l'avait vraiment jamais vu auparavant.
Et comme elle connaissait presque tout le monde ici maintenant, elle pouvait affirmer que c'était un nouvel élève. Chouette.
Amelys regarda Laureline avec un sourire en coin, et lança:

- Alors, on drague le petit nouveau?

Elle avait accompagné sa phrase d'un regard pleeein de sous-entendus à Laureline, de sorte qu'ajouté à son sourire provocateur, elle puisse en déduire le sens de ses mots. La brune regarda le jeune homme de plus près, pour constater qu'elle ne l'avait en effet jamais vu. C'était un nouveau, donc. Un nouveau loin d'être laid. Mais nouveau quand même, donc Ame' n'allait pas se priver de l'embêter un peu. Elle prit une chaise et s'installa en face d'eux sans leur demander leur avis, parce qu'elle s'en foutait royalement.

- ... Des maths? Ah, je comprends mieux pourquoi t'as été interné, toi...

Son bloc posé sur les genoux, elle attendit la réaction des deux autres, avec un sourire provocateur sur le visage. Histoire qu'ils la prennent bien pour une fille pas très aimable. Détestable, en fait.




Dernière édition par Amelys Sovari le Ven 15 Mai - 12:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matveï Feuerwald



Messages : 21
Date d'inscription : 09/05/2015
Localisation : Dans un cauchemar

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Ven 15 Mai - 0:28


 
   

     


On n'a pas le droit à un moment de tranquillité ?




     
   
Il n'avait même pas eu le temps d'ouvrir son bouquin à la page voulue qu'une gamine s'était tranquillement installée à côté de lui pour faire un semblant de discussion, même si visiblement il avait affaire à une muette.
Elle essaya d'établir un contact, mais il resta de marbre avant de lui faire savoir d'un regard que non, il ne la comprenait pas, mais surtout, qu'il ne voulait pas la comprendre. En fait, il voulait juste être seul, pour pouvoir vivre sa vie en paix.

Il finit par retrouver la page convoitée et se mit au travail quand une deuxième fille s'installa.

[Ils se croient tout permis ici ou bien ? Ils ne connaissent pas la politesse ? Ils pourraient au moins demander avant de prendre l'espace vital de quelqu'un]

La voix agacée de Klaus au creux de son crâne lui arracha un sourire ironique.

- Alors, on drague le petit nouveau ?

Les mots petit et nouveau dans la même phrase ne lui plaisait absolument pas. Il n'était pas petit, du haut de son mètre quatre-vingt-deux. Nouveau peut-être, mais certainement pas petit.

[C'est comme ça que ça commence, elle te traite de petit, et après elle détruit ta vie.]

Ca ne risquait certainement pas d'arriver puisqu'il n'adresserait aucun mot à ces deux jeunes filles, aussi chiantes soient-elles.

- ... Des Maths? Ah, bah ça m'étonne pas que tu sois interné toi...

Le sourire qu'elle lui adressa quand il daigna porter son attention sur elle dénotait une certaine arrogance et une méchanceté gratuite mais il ne rentrerait pas dans son jeu.

[Comment énerver une fille qui ne demande que de l'attention ?]

En l'ignorant de la plus belle des manières.

Il secoua légèrement la tête dans un signe de profond ennui sans la quitter des yeux. Elle souhaitait être la chieuse que l'on déteste ? Elle venait de réussir, Matveï ne l'appréciait déjà pas. A la limite, dans le noir, bâillonnée, elle serait potentiellement "baisable" mais il préféra ne pas s'attarder sur cette possibilité peu encline à éveiller un quelconque désir en lui. Les chieuses étaient un véritable calvaire au lit.
Sans lui apporter plus d'attention que ça, il prit un critérium et commença à griffonner sur une feuille blanche. Les formules et les théorèmes utiles à son projet furent notés, réécrits, prouvés, démontrés. Il réutilisa certaines de ses connaissances physiques qu'il nota dans un coin de la feuille avant de commencer la plus importante des démonstrations : celle qui changerait sa vie.
Evidemment il n'avait pas encore le niveau, mais il pouvait déjà coucher le raisonnement sur papier pour n'avoir qu'à corriger certains passages, certaines hypothèses.

Enfin lancé dans son boulot le plus important, il ne prêta plus aucune attention aux deux filles qui s'étaient introduits dans son espace vital quelques minutes plus tôt. Qu'elles y restent si elles le souhaitaient, du moment qu'elles ne l'emmerdaient pas, ça lui convenait.
                     
               
           
         
     
   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline Patry



Messages : 35
Date d'inscription : 13/01/2015
Localisation : Par-ci par-là

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Ven 15 Mai - 2:13


Amelys avait déboulé dans la salle sans que je ne m’en rende compte. Habituellement c’est un peu comme si je “sentais” sa présence mais cette fois, la proximité avec ce garçon m’avait comme distraite ce qui n’était pas courant de ma part.
Elle disait quelque chose au nouvel arrivant qui ne semblait pas très bien le prendre. Avec un sourire que je connaissais bien, elle avait dû sortir quelque chose de vraiment exécrable.
L’inconnu n’avait pas réagi à la pique lancé par Ame (ce qui était une bonne chose) et écrivait de nombreuses formules sur une feuille qui quelques secondes auparavant était encore vierge. N’étant pas très forte en mathématiques, je ne comprenais pas du tout les symboles qui noircissaient la page.
Au risque de me faire rejeter, je lui tapotai l’épaule afin que nous fassions plus ample connaissance. J’agitai rapidement les mains en montrant de temps à autre Amelys.

- Je suis vraiment désolée de te déranger, je m’appelle Laureline. Amelys est mon amie et selon son humeur, aussi mon interprète. Je suis ravie de faire ta connaissance même si je ne connais pas encore ton nom. Ça fait plaisir de voir une nouvelle tête et j’espère que nous nous entendrons bien.

Je lui tendis la main dans un sourire. Après tout c’était ainsi que l’on se saluait en France. Pour la première fois depuis mon arrivée, mon pays d’origine me manquait. Je ne manquais certainement à personne car pour ma famille, je ne représentais plus rien, juste une folle handicapée soit quelqu’un de totalement inutile à la société, quelqu’un dont la non-existence ne poserait pas de problème. Effectivement c’était un coût énorme de prodiguer des soins pour un sourd alors autant profiter des troubles du comportement pour l’envoyer chez les fous.
Assez remonté par de fâcheux souvenirs, j’avais grande envie de me laisser aller à ma colère plutôt que d’entrer en contact avec le garçon qui s’obstinait à rester muet comme une carpe.
Sans même m’en rendre compte, je me trouvais debout et lui faisait face, les poings serrés. Me rendant compte de ma stupidité à ne pas savoir me contrôler un minimum, je lançai un regard à Amelys, espérant qu’elle saurait m'arrêter si je pétais les plombs.

_________________
La Mort vient sans crier gare, en un battement de cœur, et elle ne fait pas la difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelys Sovari



Messages : 30
Date d'inscription : 10/01/2015
Localisation : Loin.

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Ven 15 Mai - 3:12




Ce garçon n’avait pas l’air trop con.
Il ne l’avait pas insulté en retour, comme la plupart des gens l’auraient fait.
Le fait qu’il l’ignore totalement comme si Amelys ne valait pas la peine de recevoir de une quelconque attention était justifié, bien sûr, et la jeune fille ne fut pas vraiment surprise. Elle soupira, tout de même déçue de ne pas pouvoir s’amuser un peu.

Elle écarta un peu sa chaise et sortit son bloc. Elle allait le laisser tranquille, puisqu’il n’avait pas l’air apte à la distraire. Elle commença à griffonner un croquis représentant Laureline. Mon dieu, ce qu’elle aimait la dessiner! Ses cheveux étaient tellement magnifiques… Depuis leur petite rencontre dans la cour, elles avaient pu faire plus ample connaissance, et Amelys s’était mise à l’apprécier. Un peu, seulement. Mais c’était déjà un bon début, puisqu’Amelys n’appréciait personne. Ahh, oui, la solitude… Garder ses distances était une chose importante. Les autres ne servaient qu’à la distraire et à lui faire oublier son passé. A quoi d’autre pouvaient-ils être utiles? Après tout, elle ne pouvait faire confiance à personne. Surtout après ce qui s’est passé… A part la faire souffrir, cela n’apporterait rien de bon, de se faire des amis. C’était une des raisons pour laquelle elle était si désagréable: pour tenir les autres à l’écart. Et… Non, il fallait qu’elle arrête de penser à ça. Elle aurait tout le temps de se lamenter plus tard, quand elle retournera dans sa chambre, sans personne pour la voir et se moquer de son air si pathétique, et pourtant celui qui lui est le plus naturel.

L’artiste était totalement absorbée par son oeuvre. Elle avait reprit un air totalement vide d’émotion, concentrée sur ce les mouvements gracieux de son fusain.
Pendant quelques secondes, on entendait simplement le frottement du critérium du nouveau sur sa feuille. Mais il ne dura pas longtemps, en effet, Laureline se mit à gesticuler des bras, ayant, comme toujours, l’air très intelligente, pour parler au nouveau qui avait l’air de s’en désintéresser complètement. Ayant passé un peu -trop- de temps avec la rousse, Amelys avait commencé à apprendre quelques signes, et avait réussi à comprendre ce qu’elle avait voulu dire. Enfin, seulement l’essentiel. Et d’un coup, pour une raison totalement inconnue, Laureline se leva et avait l’air agacée… Mais alors trèèèès agacée. Si un regard pouvait tuer, il ne resterait plus grand monde dans cette pièce. Il resterait seulement la rousse, en fait.
Se demandant quelle étrange pensée avait bien pu l’énerver ainsi, Amelys reposa son bloc.

- En gros, elle te dit d’une façon très polie qu’elle s’appelle Laureline, et que c’est chouette de voir une nouvelle tête. Accessoirement, elle me prend pour son interprète, ce qui est totalement faux. Je dis ça, mais je le fais quand même, c’est contradictoire, mais je m’en bat les ovaires. M’enfin. J’vois bien qu’on te fait chier, mais puisque tu vas vivre ici, ce serait tout de même mieux de faire les présentations. Non? Donc moi, c’est Amelys, mais tu peux aussi me trouver une insulte en guise de surnom si tu veux.


Amelys regarda ensuite Laureline, et lui dit simplement en langage des signes qu’elle n’était pas son amie et qu’elle n’en avait pas besoin, puis se rassit lentement sur sa chaise. Elle n’avait rien fait pour tenter de la calmer, et tant mieux: voir Laureline faire une crise, ce devait être assez fun. Elle n’avait entendu que des rumeurs, et à priori ses réactions pouvaient être assez violente. Ce qui lui plaisait bien.

Tout en reprenant son dessin, elle attendait que le nouveau daigne enfin d’ouvrir la bouche.
Sinon, elle lui ferait bouffer ses feuilles de maths. Toutes crues.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matveï Feuerwald



Messages : 21
Date d'inscription : 09/05/2015
Localisation : Dans un cauchemar

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Ven 15 Mai - 18:50


 
   

     


Vous connaître n'a aucune quelconque importance pour moi




     
   
Il n'y échapperait visiblement pas, à ces deux gamines qui lui pourrissaient son seul moment de paix.
La rouquine s'était levée dans un geste terriblement agacé, et il la fixa d'un regard strictement moqueur. Il se voyait déjà l'attraper par sa longue chevelure rousse et lui exploser le crâne contre l'une des tables de cours, ou bien contre le mur, ça pouvait être exagérément amusant. Il finirait sûrement sa journée en beauté en repeignant le morceau de bois -où ses feuilles étaient posées- d'un rouge profond, un rouge des plus sublimes : le rouge-sang. Au moins le mobilier serait assorti à la chevelure de la muette -ou la sourde il ne savait pas et en avait rien à faire- mais également à ses propres yeux. Les joies de l'albinisme.
Il pourrait la frapper tellement fort que sa cervelle ressortirait de ses oreilles.

L'ironie, c'est qu'on mettait sa violence sur sa "schizophrénie" alors qu'en réalité, Klaus n'avait rien à voir avec tout ça, c'était même les rares moments où il riait dans son crâne, regardant la scène d'un oeil plus ou moins neutre. Cela faisait un bon moment qu'il n'avait pas frappé quelqu'un, et ses doigts le démangeaient.

[Tu comptes frapper une gamine ?]

Et pourquoi pas ? Il se foutait de cette soi-disant règle qui disait qu'un homme ne devait pas lever la main sur une femme, mais il était souvent tombé sur des femmes plus fortes qu'elles n'en avaient l'air.

Un sourire mauvais, frisant la malsanité. Des idées bien sombres passaient au creux de son cerveau et il avait l'impression de voir se dessiner les flaques de sang sur la table. Oui, si elle espérait lui faire du mal, c'est sur la table que sa boîte crânienne s'ouvrirait.

- En gros, elle te dit d’une façon très polie qu’elle s’appelle Laureline, et que c’est chouette de voir une nouvelle tête. Accessoirement, elle me prend pour son interprète, ce qui est totalement faux. Je dis ça, mais je le fais quand même, c’est contradictoire, mais je m’en bat les ovaires. M’enfin. J’vois bien qu’on te fait chier, mais puisque tu vas vivre ici, ce serait tout de même mieux de faire les présentations. Non? Donc moi, c’est Amelys, mais tu peux aussi me trouver une insulte en guise de surnom si tu veux.

Matveï daigna finalement porter un minimum d'attention à la non-baisable. Sa voix l'agaçait déjà, elle devait certainement crier dans les suraigus à l'atteinte de l'orgasme et il s'imaginait parfaitement bien l'attraper par ses couettes pour se servir de son visage comme un chiffon pour le tableau.

[Elles ne te lâcheront pas.]

Encore une fois, Klaus avait raison sur tous les points.
Il tourna son regard vers la rouquine. Pour la première fois depuis sa venue d'Allemagne, il ouvrirait la bouche.

- Je ne suis pas ici pour faire ami ami avec une quelconque personne, ton nom ne m'intéresse absolument pas, articula-t-il de sa voix grave et profonde, pour qu'elle puisse lire sur ses lèvres. Mais tu as fait un effort, alors j'en ferais un. Mon nom est Matveï.

Il fit tout de même l'effort de la détailler. Les sourds ou les muets étaient un régal au pieux, pour la simple raison qu'ils ne pouvaient faire aucun bruit. Les faire monter toujours plus haut dans l'extase jusqu'à les voir pleurer étaient des choses qu'il avait pris plaisir à faire. C'était grisant de les voir gesticuler.
Mais elle non plus n'était pas si intéressante. Décidément, personne n'éveillerait son désir dans cette institution pour fous.

Il reprit ses calculs sans un seul mot pour la brune, elle ne méritait pas son attention plus que ça, et elle ne l'aurait définitivement pas. Il n'allait pas perdre son temps avec ces gamins.

[N'oublie pas la virgule, ça fausse tout ton calcul]
                     
               
           
         
     
   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline Patry



Messages : 35
Date d'inscription : 13/01/2015
Localisation : Par-ci par-là

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Sam 16 Mai - 12:11


Je pouvais voir un affreux sourire carnassier et malsain se dessiner sur son visage pâle.
Ma colère envahissante avait rapidement laissé place à un sentiment bien pire encore: la peur. Oui, cette personne qui, quelques instants semblait juste ignorer le monde pour, je pensais, juste s’en évader me faisait peur. L’envie de converser avec lui avait disparue. Sans même m’en rendre compte j’avais déjà reculé d’un pas. L’aura que je ressentais émanant de lui ne présageait rien de bon. Je me demandais s’il était un tueur ou quelque chose comme ça et si le fait qu’il soit interné avait un lien avec ça. Et moi ? Est-ce que je dégageais le même halo de méchanceté quand je m’énervais ?

Amelys m'interrompit dans mes pensées emplies de questions sans réponses en, il me semblait, traduisant mes paroles à l’inconnu.
Comme je commençais à légèrement comprendre sa philosophie, je me doutais qu’elle parlait de manière tout à fait inconvenante. Comme sûrement tout le monde dans l’établissement.

Mais grâce à elle, j’avais pu trouver une solution à mon problème. Je savais donc maintenant que plus j’apprenais à connaître et comprendre quelqu’un moins sa présence était dérangeante. Enfin pour le moment ça marchait avec Amelys.
Elle me dit maladroitement à ce moment là que je n’étais pas son amie, elle avait encore des progrès à faire pour s’exprimer correctement sans bafouillage de doigts.
Je ne sortais que peu de ma chambre dans la journée pour de multiples raisons comme éviter tout contact humain de peur de commettre un massacre ou tout simplement parce que j’aimais rester seule. Mais quand je me baladais en dehors des cours c’était la plupart du temps pour rester avec elle, la voir dessiner ou peindre avec son talent sans limite.
Elle me faisait aussi penser à Will qui était toujours avec un carnet à la main mais à qui je n’avais pour le moment jamais parlé. D’ailleurs les deux garçons se ressemblaient beaucoup.

Penser à Amelys m’avait calmée et m’avait aussi permis de me rendre compte que la personne sous la touffe de cheveux blancs de regardait et parlait. Je n’entendais pas ce qu’il disait mais la tête qu’il faisait en parlant le rendait vraiment mignon. La peur ressentie quelque instants plus tôt s’était terrée au fond de moi et je prenais plaisir qu’il m’ait répondu même si je ne pouvais pas comprendre.

Il était retourné à ses calculs assez rapidement. Sans gêne, je lui piquai son crayon et lui écrivit que j’étais sourde en un timide sourire.


_________________
La Mort vient sans crier gare, en un battement de cœur, et elle ne fait pas la difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelys Sovari



Messages : 30
Date d'inscription : 10/01/2015
Localisation : Loin.

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Sam 16 Mai - 16:12





L'homme aux cheveux décolorés avait daigné leur répondre. Enfin, ''leur'' répondre... Amelys avait l'impression qu'il ne répondait qu'à Laureline, ce qui était d'ailleurs sûrement le cas. Elle trouvait ça un peu dérangeant, puisqu'elle s'était tout de même donnée la peine de traduire, mais peu lui importait. Monsieur avait daigné répondre. Cependant, elle ne traduisit pas sa réponse, Laureline ayant sans doute pu la lire sur ses lèvres.

Matveï, qu'il s'appelait.
C'est pour ça qu'il faisait des maths. Maths, Matveï, vous suivez? Ahem.
Une lueur d'amusement éclaira un instant le regard de la brune, suite à son jeu de mot qu'elle garderait pour elle, ne voulant pas risquer de se faire brûler par la rousse pour avoir sorti quelque chose d'aussi mauvais. Une blague aussi nulle devrait être interdite.

Enfin bon. Elle croisa les jambes sur sa chaise, et entreprit de continuer de dessiner. La jeune fille levait de temps en temps les yeux pour observer les deux autres, mais à part l'air niais de Laureline qui tentait de communiquer avec le matheux, tout ça commençait à devenir ennuyant.
Mais l'attitude de Laureline la surprenait. En un instant, sa colère s'était envolée. C'était pour le moins étrange.
Oh.
Le nouveau lui plaisait-il? C'était ça? Ha. Ce serait marrant si ça se révélait vraiment être ça... Matveï était loin d'être laid, c'est vrai, mais avec ses cheveux blancs et ses yeux rouges, il avait l'air un peu... Dangereux? Amelys n'avait pas peur, non. Mais rien qu'en le regardant on pouvait deviner que non, ce n'était pas une bonne idée de le provoquer, si on tenait à la vie.
Ça ne l'empêcherait tout de même pas de le provoquer de temps en temps si elle le croisait, mais elle jugea bon de le laisser tranquille pour aujourd'hui. Et elle ne l'appréciait définitivement pas. Il était trop... Trop impassible. Rien qui puisse la distraire, du coup. Quelqu'un qui ne réagissait pas à ses piques était une personne inintéressante.
De plus, examiner Laureline pour savoir si son intuition était la bonne était une bien meilleure idée.

En réalité, il était fort probable qu'Amelys se fasse des idées, mais la demoiselle s'ennuyait: il fallait bien qu'elle trouve un moyen pour tuer le temps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matveï Feuerwald



Messages : 21
Date d'inscription : 09/05/2015
Localisation : Dans un cauchemar

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Dim 17 Mai - 11:55


 
 

     


Je crois que je vais abandonner mes formules de maths avec vous.




   
 
La non-baisable, Amelys s'il se souvenait bien -et il se souvenait toujours très bien- restait prostrée dans un silence alors qu'elle noircissait une feuille dans un dessin de la rouquine qui lui semblait des plus réalistes. D'ailleurs cette même rouquine lui vola son critérium pour écrire quelque chose sur sa feuille.
Pourquoi sur sa feuille ? Elle ne pouvait pas en prendre une ? Il retint un soupir agacé, il ne devait pas non plus exagérer et trouver un prétexte pour s'énerver gratuitement. Il ne voulait pas finir attaché à son lit, shooté aux calmants et autres psychotropes qui embrumeraient son esprit.

Il lut la phrase griffonnée rapidement, avant de lever son regard sang vers Laureline qui lui adressait un sourire timide.

[Qu'est-ce qu'on en a à faire de son handicap ?]

Absolument rien, mais ça expliquait ses gesticulations et au moins il savait dans quelle case la mettre entre sourd et muet.
Il récupéra son crayon en un geste rapide avant de noter de la main gauche :

- Je m'en doutais. Je te disais simplement que comme tu as fait un effort, j'en ferais également un et je t'ai donné mon nom : Matveï.

Habituellement, il écrivait de la main droite mais quand on était enfermé dans une chambre avec pour seule distraction des feuilles et un crayon, on apprenait rapidement à écrire de la main gauche. A présent, il se débrouillait aussi bien de la droite que de la gauche, ce qui lui permettait de faire une multitude de choses à la fois.

[Si tu fais un effort pour l'une, fais le pour l'autre, sans pour autant les laisser t'approcher. Ne me trahis pas Matty, ne me laisse pas !]

Il posa son index et son majeur sur sa tempe, les sourcils froncés le temps de calmer un Klaus qui, s'il ne l'arrêtait pas, le rendrait véritablement fou -ce qui était déjà bien partie-. Plus le temps passait, plus il avait l'impression que c'était Klaus le paranoïaque et non lui. Puis il se souvint de cette crise de violence qu'il avait eu envers la cuisinière de la maison familiale, il la soupçonnait de mettre du poison dans sa bouffe sous ordre de son père, mais Klaus n'avait rien eu à voir dans cette histoire.

Inspirant profondément pour faire passer le malaise qui suivait souvent une lutte pour faire taire son ami, il planta son regard dans celui d'Amelys.

- Je me contenterais simplement de ton prénom pour t’interpeller, beaucoup de monde doit t'avoir trouvé toutes sortes d'insultes pour surnom alors je vais rester dans la simplicité.

Il parlait dans un anglais parfait grammaticalement parlant, malgré son accent allemand qui ressortait à certains mots, notamment dans la prononciation des r et des u.
                     
             
           
       
     
 


_________________


L'enfer et ses démons vous ouvrent leurs portes sur un monde imaginaire... ou réel.
Dieu n'a pas été capable de punir Caïn quand il tua son frère, il n'a plus le droit de nous punir à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline Patry



Messages : 35
Date d'inscription : 13/01/2015
Localisation : Par-ci par-là

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Dim 17 Mai - 21:38


J’aimais quand Amelys me dessinais, c’était un peu comme si elle me donnait vie en me laissant apercevoir de nouveaux horizons.
Et c’était exactement ce qu’elle faisait en ce moment: me donner une nouvelle vie. Cela se voyait qu’elle prenait plaisir à remplir son carnet et j'étais heureuse de la voir sourire de temps en temps même si c’était rare.
Je me souvenais parfaitement de la première fois où elle m’avait dessiné, c’était avec de l’aquarelle et elle m’avait menacé de me tuer si je bougeais. Et c’était aussi le début d’une amitié qu’elle niait en toute circonstance mais je suis sûre qu’un jour elle l’acceptera et à ce moment là, je serai à ses côtés.

Le jeune homme m’avait arraché son crayon des mains. Il aurait pu être plus gentil mais c’était compréhensible car je le lui avait piqué et même écrit sur sa feuille sans autorisation ce qui avait du le mettre en colère.
Il me répondit donc il ne devait pas être si fâché que ça.

- Je m'en doutais. Je te disais simplement que comme tu as fait un effort, j'en ferais également un et je t'ai donné mon nom : Matveï.

Ainsi il se nommait Matveï… Je l’appellerai donc Mat’ pour une question pratique, c’était plus facile à dire en langage des signes et je ne voulais pas mélanger les signes de “matin” et “veille”, cela faisait trop bizarre.
En plus d’avoir des problèmes mentaux, la plupart des personnes de cet institution avaient des noms assez spéciaux. Je souriais à l’idée de ne pas avoir besoin d’entendre leur prononciation farfelue.

Le dénommé Mat’ parlait avec Amelys en la regardant dans les yeux. Les siens rouges, énigmatiques avaient un effet très différents par rapport à ceux de Will, j’avais l’impression de pouvoir m’y noyer pour l’éternité. C’étaient peut-être eux la source de ma peur pour lui. Comme s’ils pouvaient choisir de mon destin, choisir mes émotions, choisir si je tuerai.
Je m’inquiétais pour Amelys, si je commençais à passer mon temps avec ce nouveau, peut-être que je ne pourrais plus rester aussi calme en sa présence.
J’apprendrais donc à le connaître pour choisir s’il était dangereux pour moi et mon entourage.


_________________
La Mort vient sans crier gare, en un battement de cœur, et elle ne fait pas la difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelys Sovari



Messages : 30
Date d'inscription : 10/01/2015
Localisation : Loin.

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Sam 23 Mai - 16:51




Amelys avait presque fini son dessin au fusain. Il lui restait quelques ombres à ajouter pour donner un peu de volume, et elle pourrait donner un peu de repos à ce pauvre fusain qui commençait à devenir si petit qu'il tenait à peine dans les doigts de la jeune fille. En plus, elle avait les mains noircies. Et on pouvait malheureusement voir quelques empreintes de doigts, noirs, sur les coins de sa feuille. Elle décida de ne pas tenter de les enlever, puisque cela ne ferait sans doute qu'empirer. Ces tâches restaient discrètes, mais Amelys était un peu déçue. Elle ferait plus attention la prochaine fois.
Alors que l'artiste donnait la touche finale à son dessin, elle entendit Matveï, qui lui adressait la parole.

- Je me contenterais simplement de ton prénom pour t’interpeller, beaucoup de monde doit t'avoir trouvé toutes sortes d'insultes pour surnom alors je vais rester dans la simplicité.


Tiens, elle ne l'avait pas remarqué jusque là, mais il avait un léger accent. Pas vraiment surprenant, ''Matveï'', ce n'était pas un prénom anglais. Tout comme celui d'Amelys. Enfin, ''Amelys'', c'était vraiment un prénom à la con, elle ignorait même l'origine de son propre nom. On pouvait deviner qu'elle était italienne grâce à son nom de famille seulement. Matveï, ça sonnait... Russe ? Oh, peu importe. On s'en fout, d'où il vient.

Ne pas l'insulter? C'était bien aimable de sa part. Elle sourit.

- Mh, fais comme tu veux. C'est vrai qu'il y a beaucoup de gens qui me trouvent des surnoms peu flatteurs, mais je dois avouer que c'est plutôt marrant, il y en a vraiment qui ont de l'imagination. Mais Amelys, c'est bien aussi.

Elle repensa à la fois où son professeur de physique l'avait traité de coprolithe, qui signifie ''merde fossilisée''. Il l'avait même obligé à aller chercher la définition dans le dictionnaire. Ah, elle aimait bien ce prof. Dommage qu'ici, le personnel manquait cruellement d'humour... Les infirmiers la regardaient comme si elle était un monstre, alors que contrairement à tout le monde ici, elle ne souffrait d'aucun trouble psychologique.
Enfin, c'est ce dont elle était persuadée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matveï Feuerwald



Messages : 21
Date d'inscription : 09/05/2015
Localisation : Dans un cauchemar

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Mar 26 Mai - 21:31


 
 

     


Puisque vous avez décidé de rester, autant rendre ça un minimum appréciable




   
 
Matveï l'avait écouté attentivement, plus il retenait de chose sur l'autre, plus il serait à même de trouver une faille qu'il pourrait exploiter en cas de problème. Il devait toujours trouver un moyen de se défendre, même avec les personnes qui semblaient les plus gentilles.
Il suffisait de voir sa mère pour comprendre : cette femme qui l'avait soutenu, qui l'avait aidé, l'avait finalement trahi pour toujours être acceptée par la riche famille allemande de son géniteur. Elle qui lui avait appris la loyauté l'avait trahi, quelle douce ironie.

Il sentit la rage bouillonner au fond de son ventre, une rage qu'il contenait depuis son arrivée ici, une rage qui le faisait frémir. Il voulait tellement retourner en Allemagne pour leur faire comprendre à tous le sens du mot "FAMILLE". Il soupira fortement pour relâcher la pression et éteindre ce feu qui consumait ses entrailles.
Il reporta à nouveau son attention sur ces deux femmes qui envahissaient son espace privé, il devait les faire parler -ou écrire dans le cas de la rouquine- pour savoir ce qu'il risquait, même si d'ici le lendemain, elles seraient passées à autre chose et il pourrait retourner à sa routine coutumière.

[Selon moi, la rouquine est ici pour de fréquentes crises de violence, l'autre... Eh bien j'en sais rien, peut-être pour manque cruel d'attention ?]

Il ricana discrètement pour éviter d'éveiller de possible soupçons sur son manque de santé mentale, bien que pour lui, il était des plus sains d'esprit. Il décida de commencer doucement, pour éviter un braquage de la part des deux autres.

- Ton nom ne sonne absolument pas Americain, tu es originaire d'où ?

Il n'avait aucun tact et il s'en contrefichait, il n'aimait pas prendre des pincettes, si ça froissait les autres tant pis ! Il n'allait pas changer sa manière d'agir pour leur bon plaisir. De sa main gauche, et sans quitter Amelys des yeux il posa exactement la même question à Laureline.
                     
             
           
       
     
 


_________________


L'enfer et ses démons vous ouvrent leurs portes sur un monde imaginaire... ou réel.
Dieu n'a pas été capable de punir Caïn quand il tua son frère, il n'a plus le droit de nous punir à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline Patry



Messages : 35
Date d'inscription : 13/01/2015
Localisation : Par-ci par-là

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Jeu 6 Aoû - 13:59


Amelys avait quasiment fini son dessin qui comme à son habitude était des plus magnifique.
Mais les traces de doigts qu’elle avait laissé sur la feuille, aussi infimes soient-elles me mettaient mal à l’aise, des images de corps, de taches de sangs et des mains teintées de ce liquide rouge...Mes mains. Je me souvenais d'horribles moments.
Cela remontait à bien avant que je ne devienne sourde, ma toute première et seule crise d’avant l’accident.
Mes souvenirs et la réalité se mélangeaient.
La panique montait en moi, de la panique et surtout de la rage.
Matweï et Amelys discutaient, ce que c’était énervant de ne pas savoir ce qu’ils disaient. Je savais que c’était malpoli de vouloir écouter les conversations des autres et encore plus de rêver de pouvoir lire dans les pensées. J’étais bien trop bête.

- Ton nom ne sonne absolument pas Américain, tu es originaire d'où ?

Cette question me changeait les idées noires qui tournaient constamment dans ma tête. Merci Mat’ de l’avoir posée. Effectivement, mon nom n’allait pas être Katy Perterson et heureusement pour moi.
Je saisis le crayon. J’allais répondre à sa question sans m'étendre sur le sujet, je n’étais pas là seule dont il attendait la réponse.

- Je suis françai...

Je m’étais arrêtée d’écrire, serrant le crayon plus fort que jamais. Encore ces images de sang. Le crayon se cassa en deux, broyé dans ma main. Une douleur remontait le long de mon bras. Je saignais évidemment, gourde que j’étais ! La feuille commençait à prendre une couleur rouge. J’aurais mieux fait de m’abstenir d’écrire quoi que ce soit.
Inconsciemment j’étalais ce liquide de vie sur la table et j’avais léché ma main ce qui laissait une trace contre ma joue.
Il fallait que je m’excuse, c’était la moindre des choses. Ou pas. C’était à cause de lui, s’il ne m’avait pas posé cette stupide question. Oui, tout était de sa faute. Je le regardais dans les yeux. Et je souriais.
Je n’essayais même pas d'arrêter le sang qui coulait et gouttait car lui aussi allait donner son sang comme ça nous seront quitte.
Je n’étais pas comme d’habitude. Je n’étais pas énervée. Je n’avais plus mal. Et j’étais calme. Mais, ce n’étais pas comme le calme avant la tempête, plutôt comme un meurtrier qui n’aurait aucuns remords.
J'avais la vue floue et mon cerveau semblait vouloir éclater. Tout se mélangeait et ce n'était plus Mat' que je voyais mais quelqu'un d'autre, un petit garçon.
Cette colère n'était évidemment pas contre celui que je venais de rencontrer mais bien contre ce gosse.
Mais déjà je me trouvais sur lui, j’avais été rapide en renversant sa chaise, m’aidant de son propre poids pour les mettre, lui et la chaise à terre. L’effet de surprise était passé aussi mettais-je directement une main à sont coup et de l’autre je m'apprêtais à frapper avec un bout de crayon sur son torse.

NON !

Je...Je m’étais arrêtée, j’étais en train d’hésiter. C’était bien la première fois que cela m’arrivait.

Et sans savoir pourquoi, je pleurais.


_________________
La Mort vient sans crier gare, en un battement de cœur, et elle ne fait pas la difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matveï Feuerwald



Messages : 21
Date d'inscription : 09/05/2015
Localisation : Dans un cauchemar

MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   Mar 8 Déc - 19:28


 
   

     


Ne recommence pas.




     
   
En moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, la rousse avait changé d'attitude. Son regard tout d'abord mal à l'aise avait finalement laissé place à un regard d'un froid froid, presque inhumain, qui l'aurait refroidi tout de suite s'il n'était pas habitué à le voir dans ses propres yeux.
Françai… Française ? C'était ça qu'elle voulait écrire ? Il aimait deviner, mais jamais quand ça concernait une autre personne que lui ou encore les mathématiciens qui l'intéressaient. Il gardait ses yeux fixés sur la jeune fille dont le visage changeait imperceptiblement. Elle éveillait enfin un peu d'intérêt dans l'esprit malsain du jeune allemand et il esquissa un sourire en coin. Peut-être ne s'ennuierait-il pas ici au final ?

[ELLE FOUT QUOI LA ?]

Son regard quitta un instant Laureline pour se poser sur sa feuille où tous ses travaux étaient notés, feuille noircie de calculs, de théorème. Feuille tâchée d'une couleur inhabituelle que l'autre abrutie étalait allègrement sur la table. Son esprit se vida d'un coup et la rage qu'il contenait toujours gronda au creux de son ventre.
Elle avait envahi son espace vital avec son interprète, ou amie, il s'en foutait totalement. Elle avait en plus décidé de lui parler alors qu'il n'en avait rien à foutre de faire ami-ami avec des aliénés. Et maintenant, elle se permettait en plus de salir SA feuille avec un sang impur et immonde.

[Tue la. Tue la. Tue la. Tue la.]

Son crâne lui faisait un mal fou, Klaus mettait toute sa puissance mais avant même qu'il puisse respirer et se calmer, il se retrouva allongé par terre avec cette furieuse au dessus qui le menaçait d'un crayon. Le menacer ?!

[Tue la !]

Son sang ne fit qu'un tour, une rage froide sombre prit possession de son corps sans qu'il ne tente de la refréner. Klaus souriait, il pouvait le sentir.
[Fais le, vas-y, tu t'es retenu bien trop longtemps Mat']
Il essaya de reprendre ses esprits, mais la haine lui semblait si bonne, si douce, si agréable qu'il n'y mit que peu d'ardeur à la calmer. Au final, tout son être respirait la rage, la violence, l'envie de meurtre et de sang. Non, il n'avait aucun remord, il avait appris à ne rien regretter et si ça devait en arriver où il voulait l'emmener, il ne regretterait pas. Il pouvait déjà sentir l'odeur de sang emplir ses narines.
Elle hésita, mauvaise idée. Il en profita pour la faire basculer et se mettre au dessus d'elle. Il la bloqua d'un bras puissant et de sa main libre, il empoigna sa chevelure couleur sans avec force. Toutes sortes d'images défilaient mais il ne savait quelle méthode choisir.
Tout d'abord, il lui retira son crayon et le jeta plus loin. Le bruit avait alerté un surveillant qui rodait pas loin et il entendait déjà ses pas dans le couloir.
Il la fit se relever d'un geste brusque en tirant sur sa crinière de feu pour « l'aider » avant de la plaquer violemment face contre la table en se penchant sur son dos.
Il approcha ses lèvres étonnamment plus rouges des yeux de la jeune fille.

- Je me vois déjà exploser ton petit crâne de sale p*te contre cette table et repeindre la salle avec la magnifique couleur de ton sang.

Il entendait encore le surveillant s'approcher, il n'avait que peu de temps pour se calmer et refroidir sa rage.

Ou je pourrais tout simplement t'enfoncer ton propre crayon dans les yeux et te priver du seul sens qui te permet de communiquer.

Les pas étaient à présent derrière la porte de la salle, il devait respirer.

- Menace moi encore une fois, et je fais de ta sale petite existence sans intérêt un putain d'enfer.

Il la regarda encore un instant, d'un regard fou, qui appelait à la violence et au sang. Comme Klaus dans son crâne, qui demandait le plus élevé des prix : celui de la mort.

La poignée se baissa, il relâcha rapidement la rousse et remit sa chaise en place avant de se rasseoir comme si rien ne s'était passé. Il sortit un mouchoir et après l'avoir forcé à se rasseoir, lui tendit pour qu'elle essuie sa main.
Il prit une nouvelle feuille et réécrivit tout ce qu'il avait précédemment noté sur la feuille salie de rouge quand le surveillant fit son entrée.
                     
               
           
         
     
   





Spoiler:
 

_________________


L'enfer et ses démons vous ouvrent leurs portes sur un monde imaginaire... ou réel.
Dieu n'a pas été capable de punir Caïn quand il tua son frère, il n'a plus le droit de nous punir à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les rencontres, c'est pas mon truc... Je crois [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petit truc pour verifier niveau d'huile
» Vidéo X1/9 Turbo : truc de ouf ! From Israël - Momi's X1/9
» Truc à Nanard : perte de l'écrou du pignon sortie de boite
» c'est quoi ce truc la ?
» Recherche le truc machin bidul chouette tapis ou pas ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Mental Institution :: Espace RP :: Intérieur de L'Institut :: Classes de Travail-
Sauter vers: